RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

À propos de...

Temps de novembre, gris comme la cendre
Sois-nous clément, jusqu'à l'Avent

Entre la Toussaint et l'Avent
Jamais trop de pluie ni de vent

Ces deux dictons météorologiques reflètent l'atmosphère générale de grisaille qui règne pendant tout le mois de novembre. Dans le calendrier liturgique chrétien, novembre est entièrement consacré aux défunts et aux trépassés. On l'appelle d'ailleurs le mois des morts. Plusieurs célébrations et coutumes sont davantage concentrées dès les premiers jours du mois de novembre. Le 1er novembre, appelé la Toussaint est l'occasion de rendre hommage à tous les saints tandis que le jour des Morts, célébré le 2 novembre, est consacré à la commémoration de tous les morts, sans distinction sociale. Cette fête est complémentaire de la première. Comme plusieurs autres fêtes celtiques anciennes qui se déroulaient sur trois jours - la veille, le jour et le lendemain -, le jour des Morts est la troisième fête du cycle, la veille étant représentée par l'Halloween, célébrée le 31 octobre. L'origine de ces fêtes est antérieure au christianisme qui les a instituées et remonte au très ancien culte des morts. La religion catholique enseigne entre autres qu'entre le ciel et la terre, il y a un lieu intermédiaire, appelé purgatoire, où les âmes des défunts sont en transition. Selon cette croyance, les âmes doivent expier leurs fautes avant d'accéder au Royaume des cieux. Une série d'actions, de bonnes ?uvres ou d'indulgences permettent à l' être humain pendant sa vie sur terre d'alléger son séjour dans ce lieu d'expiation. Pour les âmes qui demeurent captives du purgatoire, diverses coutumes comme la criée des âmes font partie des offrandes des vivants pour alléger leurs souffrances et faciliter leur passage.

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec