RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

Remonter aux sources

Les expressions populaires qui colorent la langue française et que l'on retrouve au Québec ont une signification qui mérite d'être éclairée à la lumière de certains aspects de la religion catholique ou encore de diverses coutumes. Une fois l'origine expliquée, le bon usage des expressions n'en est que plus précis.

Expressions empruntées à la Bible

Passer de Caïphe à Pilate
Se faire promener d'un lieu à l'autre sans atteindre son objectif, sans trouver ce que l'on cherche. En référence au récit de la Passion du Christ où Jésus se fit promener d'un tribunal à l'autre, c'est-à-dire des autorités politiques aux autorités religieuses, avant d'être jugé et condamné à mort.

Être connu comme Barabbas dans la Passion
Avoir une grande réputation, être célèbre. En référence à Barabbas, voleur condamné à mort, qui fut gracié à l'occasion de la Pâque, à la demande de la foule, alors que Pilate proposait de libérer Jésus.

Être pauvre comme Job
Très pauvre, misérable, miséreux. En référence à Job dans la Bible qui était très riche et fut ruiné.

Pleurer comme une Madeleine
Pleurer abondamment. En référence à Marie-Madeleine, «une femme de mauvaise réputation», pécheresse célèbre de l'Évangile qui inonda de ses pleurs les pieds du Christ en guise de repentir. À partir de sa rencontre avec Jésus, elle se trouva transformée par ces paroles : «Tes péchés sont pardonnés (...) Ta foi t'a sauvée, va en paix».

S'en laver les mains
Expression qui signifie qu'on ne veut pas être tenu responsable dans telle affaire. Lorsqu'on ne veut pas se mouiller dans une histoire, on s'en lave les mains comme Ponce Pilate. Allusion à l'épisode où Jésus de Nazareth a comparu devant le gouverneur romain Ponce Pilate au cours de son procès. Parce qu'il était juif, l'autorité romaine et politique avait préséance sur le procès religieux. Pressé par la foule, Pilate hésitait à se prononcer. Selon le récit de l'Évangile : «Quand Pilate vit qu'il n'arrivait à rien, mais que l'agitation augmentait, il prit de l'eau, se lava les mains devant la foule et dit : Je ne suis pas responsable de la mort de cet homme! C'est votre affaire». Depuis ce geste et cette parole célèbre, l'expression continue d'être utilisée.

S'entendre comme larrons en foire
S'entendre à merveille. En référence aux deux larrons, deux voleurs crucifiés en même temps que le Christ.

Un bouc émissaire
Désigner un bouc émissaire ou servir de bouc émissaire c'est tenir pour responsable d'un acte quelqu'un qui ne l'a pas commis. Il s'agit de faire retomber la faute commise, le plus souvent collectivement, sur une seule personne qui doit porter le poids de la responsabilité. Cette expression vient directement de la Bible, plus précisément de l'Ancien Testament. Elle fait référence aux rites des sacrifices anciens du peuple israélite. À l'occasion de la fête hébraïque de l'Expiation, un bouc était conduit devant le rabbin pour être sacrifié. Chargé de tous les péchés, fautes et désobéissances, le bouc était ainsi envoyé dans le désert auprès du démon Azazel pour absoudre les péchés de tous les juifs.

Ce n'est pas la fin du monde
Expression qui signifie que tout n'est pas fini, que tout ne s'arrête pas ou ne disparaît pas. En référence à l'Apocalypse, le dernier livre du Nouveau testament attribué par l'Église à l'Évangéliste saint Jean, riche en prophéties sur la disparition de l'existence.

Porter sa croix
Supporter ou traverser des épreuves pénibles pendant un certain temps. Souffrir, avoir des souffrances sur une longue période. En référence au Christ qui, condamné à mort le Vendredi saint, dut porter sa croix lui-même jusqu'au lieu où il fut crucifié. Un certain Simon de Cyrène dut l'aider à porter sa croix car Jésus, épuisé, était incapable d'avancer seul avec cette charge sur le dos.

Faire son calvaire
Entreprendre une épreuve longue et douloureuse. En référence à la passion du Christ et au Chemin de croix.

Semer la zizanie
Se dit de quelqu'un qui vient mettre la pagaille dans la vie d'un groupe en apportant la discorde. La zizanie désigne l'ivraie, c'est-à-dire la mauvaise herbe comme dans l'expression «séparer l'ivraie du bon grain». Expression qui tire son origine d'un texte de l'Évangile où Jésus parlait du royaume de Dieu en ces termes : Un homme avait semé de la bonne semence dans son champ. Une nuit, pendant que tout le monde dormait, un ennemi de cet homme vint, sema parmi le blé de la zizanie, puis s'en alla.

Partir comme des petits pains
C'est-à-dire très vite. L'expression fait allusion à l'épisode de la vie Jésus où lors d'un certain sermon au bord du lac de Galilée, il accomplit le miracle de la multiplication des pains. Une foule de cinq mille personnes était venue pour l'entendre et il n'y avait rien à manger. Une cueillette de vivre parmi cette foule lui procura cinq pains et deux poissons. Selon les évangiles, le miracle eut lieu et Jésus réussit à nourrir toute cette foule affamée.

Expressions à caractère religieux

Il y a du monde à messe
Expression qui signifie qu'il y a beaucoup de gens, qu'il y a foule. Cette foule est comparable à l'assemblée des fidèles réunis dans l'église pour une cérémonie religieuse le dimanche. À une certaine époque, les églises étaient bondées car aller à la messe était une obligation, voire un devoir de chrétien.

Une punaise de sacristie
Se dit d'une personne dévote qui hante les sacristies, les églises, sans en devenir plus charitable. Voir grenouille de bénitier.

Une grenouille de bénitier
Bigote ou personne bigote, c'est-à-dire qui manifeste une dévotion outrée et étroite. Voir punaise de sacristie.

Se démener comme un diable dans l'eau bénite (ou dans un bénitier)
Être mal à l'aise, s'efforcer de sortir d'une situation embarrassante. On disait autrefois que pour se débarrasser de la présence du diable, il fallait asperger les objets ou les personnes d'eau bénite. Le diable se trouvait brûlé par cette eau miraculeuse et battait en retraite.

Tirer le diable par la queue
Se dit de quelqu'un qui a peu d'argent ou qui en manque régulièrement. Selon la légende de Faust, en vendant son âme au diable on peut acquérir jeunesse, richesse et beauté mais tôt ou tard le diable vient reprendre l'âme en échange. L'expression vient peut être du fait que pareil risque peut être contourné si on lui tire discrètement sur la queue, par petit coup, de sorte qu'on n'est en manque d'argent que de temps en temps. Il faudrait pour cela que le diable ait une queue! Ce que l'imagerie populaire tend à nous montrer.

Se faire l'avocat du diable
Plaider pour une cause indéfendable ou perdue d'avance. Jouer à l'avocat du diable signifie défendre par jeu un point de vue contraire pour faire ressortir toutes les facettes d'une cause. L'expression vient du droit canon. L'avocat du diable ou advocatus diaboli est un procureur religieux au Vatican qui a pour rôle de contester les mérites d'un saint auprès du tribunal du Saint-Siège dans le processus de canonisation. Ce procureur représente symboliquement le diable, c'est-à-dire l' adversaire du futur saint.

En odeur de sainteté
L'odeur de sainteté correspond paraît-il aux effluves suaves qui s'exhaleraient du corps de certains saints après leur mort. Vivre en odeur de sainteté signifie également vivre en état de perfection spirituelle. Mais de nos jours, l'expression n'est guère employée que dans le sens contraire: ne pas être en odeur de sainteté auprès de quelqu'un signifie être mal perçu ou en être mal vu.

Défiler toutes les litanies des saints
Énumérer ou répéter de façon ennuyeuse et monotone des plaintes, des reproches ou des demandes. Les litanies sont des prières liturgiques qui se présentent comme des invocations suivies d'une brève formule récitée ou chantée par l'assistance.

Être plus catholique que le pape
Être un individu pas très catholique c'est être douteux, louche, dont on se méfie. Alors que être plus catholique que le pape c'est en faire plus que moins, mettre davantage d'emphase et d'empressement ou d'honnêteté que le pape ne le ferait lui-même.

Manger du prochain
Dire du mal d'autrui. Le prochain est un être humain considéré comme semblable. Selon les évangiles, un des dix commandements de Dieu est : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Manger du curé
Être anticlérical.


Ne plus savoir à quel saint se vouer
Ne plus savoir où donner de la tête, par où commencer, comment se tirer d'affaire. Expression qui se réfère au culte des saints dans la religion catholique où il y a un saint à prier ou à invoquer pour obtenir telle ou telle faveur. Les dévotions vouées à un saint variaient en fonction des demandes et de la spécialité du saint ou de la sainte.

À Pâques ou à la Trinité
Expression qui signifie «jamais» comme dans la chanson Malbrough s'en va t'en guerre. Il reviendra à Pâques ou à la Trinité. La Trinité se passe et Malbrough ne revient pas car Monsieur Malbrough est mort, est mort et enterré. Les paroles de cette chanson dateraient de la bataille de Malpaquet en 1709 où le duc de Marlborough, John Churchill, battit les troupes françaises du maréchal de Villars. Le duc avait acquis la réputation d'être invincible.

Devoir une fière chandelle à quelqu'un
Se dit de quelqu'un qui nous aidé à éviter un désastre ou un péril. L'expression signifie qu'on lui doit une faveur, habituellement qui consiste à faire brûler un cierge à l'église à son intention pour le remercier de ce qu'il a fait pour nous. Le terme fière a le sens de fort, fameuse ou remarquable. L'usage de faire brûler un cierge pour demander une grâce à un saint ou à Dieu était pratique courante et si le vœu était exaucé, on répétait la coutume.

Avoir la foi du charbonnier
Avoir la croyance naïve de l'homme simple, la foi aveugle du pauvre hère. Expression qui renvoie au dur métier de charbonnier qui vivait souvent seul et misérablement dans une petite maison. La saleté du charbon et le fait que cela n'était pas payant ont contribué à faire du charbonnier un être à respecter car on disait qu'il n'y avait que la foi qui pouvait le sauver.

Donner le bon Dieu sans confession
Se dit d'une personne d'apparence vertueuse (et trompeuse) à qui l'on donnerait l'absolution sans entendre la confession de ses péchés.

Donner le denier à Dieu
Un denier équivaut au douzième d'un sou. Au Moyen âge, pour conclure certaines ventes ou baux, il était d'usage de verser une pièce d'argent appelée denier de Dieu à titre d'arrhes ou d'acompte. Cette ancienne coutume se transforma et de nos jours, on appelle encore «donner le denier à Dieu» une pièce d'argent qu'un nouveau locataire donne symboliquement au concierge d'un immeuble afin d'entretenir de bonnes relations.

Gagner son pain
Expression qui signifie effectuer un travail dans le but d'avoir le nécessaire, c'est-à-dire au moins de quoi manger. Aliment de base, le pain représente symboliquement tous les autres aliments dans cette expression. Gagner son pain ou sa croûte, c'est avoir de quoi vivre. L'expression "gagner son pain à la sueur de son front" signifie trimer dur tous les jours pour subvenir aux besoins des siens. Cette expression vient d'une parole de Dieu s'adressant à Adam et Ève chassés du paradis terrestre : «Tu auras beaucoup de peine à tirer du sol ta nourriture pendant toute ta vie. (...) Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front».

Partir de l'autre bord
Mourir. L'au-delà, c'est-à-dire l'endroit où l'on se retrouve après la mort, a souvent été présenté comme la face cachée de la vie, un monde parallèle, un peu comme l'autre côté du miroir. Comme on ne sait pas trop au juste ce qui nous attend après la mort et que personne n'en est vraiment revenu pour décrire comment ça se passe, partir de l'autre bord fait référence à l'idée d'un ailleurs à la mesure de l'être humain.

S'éterniser
Demeurer indéfiniment, s'attarder trop longtemps, prendre racine. Expression en lien avec le sens de l'éternité, c'est-à-dire un temps très long, le plus souvent sans fin.

Prêcher pour sa paroisse (ou pour son saint)
Prêcher signifie enseigner, prononcer un sermon ou des discours. Ici, l'expression consiste à parler de quelque chose, à faire l'éloge de quelqu'un ou à proposer une solution tout en ayant à cœur son intérêt personnel.

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec