RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

De coutume en culture

La fête de Dollard est célébrée la même date que le jour commémorant la naissance de la reine Victoria (le Victoria Day) et que le jour de la Fête de la Reine, appelé aussi Jour du Souverain, c'est-à-dire le lundi précédant le 25 mai de chaque année. Selon toute probabilité, Adam Dollard des Ormeaux et ses seize compagnons moururent le 21 mai 1660. Dollard des Ormeaux représente depuis le début du siècle l'un des héros qui s'est le plus illustré par son exploit au Long-Sault. La Fête de Dollard a pour but de commémorer tous les ans ces personnages qui ont fait figure de héros dans l'histoire du Canada et leurs actions tout aussi héroïques. Cependant, la Fête de Dollard est surtout célébrée par les Québécois et quelques Franco-canadiens. Fêter Dollard ou fêter la Reine demeure en quelque sorte un choix lié aux opinions politiques d'une collectivité. Le choix par contre n'est possible que depuis le début du siècle car les origines de la Fête de Dollard ne sont pas aussi lointaines que celles de la Fête de la Reine. En effet, la première journée de fête en souvenir de Dollard des Ormeaux et de la Bataille du Long-Sault a lieu à Montréal, le 29 mai 1910 pour marquer le 250e anniversaire de cet événement historique. Cette journée est qualifiée à l'époque de «simple et belle». Il s'agit d'une fête patriotique et religieuse où des représentants de plusieurs sociétés dont la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB), des représentants de l'Église et bon nombre de Montréalais se réunissent pour la circonstance.

Après une messe solennelle à l'église Notre-Dame, décorée et drapée de noir, la Place d'armes est envahie. Du côté où se trouve le bas-relief de l'exploit du Long-Sault sur le monument de Maisonneuve, une estrade est dressée pour les orateurs et autres dignitaires. Les volontaires du 65e Régiment forment une garde d'honneur autour du monument et l'officier en charge salue par leurs noms les Braves tombés au combat 250 ans plus tôt. Des discours et lectures, en français et en anglais, sont prononcés. Des personnalités de l'époque, tels Mgr Bruchési et Henri Bourassa y vont de leurs propos patriotiques fort appréciés par la foule. De son côté, John Boyd, après la lecture d'un poème de sa composition The death of Dollard fait un vibrant appel au nom de tous les Canadiens anglais en faveur de la bonne entente entre Canadiens. Malgré la sympathie des Canadiens anglais, la fête de Dollard devient vite l'affaire des Canadiens français car dès 1910, les Canadiens anglais s'en dissocient. Dans le cadre de cette commémoration du 250e anniversaire du combat de Dollard au Long-Sault, une campagne de souscription est lancée.

Huit ans plus tard, le 24 mai 1918, une journée de pèlerinage réunit une centaine de personnes sur les lieux de la bataille du Long-Sault. Cette année-là, à l'initiative de la Ligue des droits du français, les Canadiens français décident d'établir la Fête de Dollard comme journée patriotique annuelle. Cette initiative reçoit l'approbation de tous et en 1919, la nouvelle tradition est pour ainsi dire installée : le 24 mai est une journée de fête et de manifestations encore plus solennelles que la précédente. Plus de 500 pèlerins se rendent à Carillon pour assister au dévoilement du monument en l'honneur de Dollard réalisé par le sculpteur Alfred Laliberté. En 1920, la journée de Dollard est déterminante. Le pèlerinage se poursuit à Carillon et au Long-Sault. Parmi les invités d'honneur, l'historien Lionel Groulx se fait remarquer en déposant au pied du monument érigé l'année précédente une rose rouge qui deviendra la rose de Dollard. C'est cependant à Montréal que la Fête de Dollard prend un air de fête nationale car elle est exceptionnellement célébrée le 24 juin, jour de la Saint-Jean-Baptiste, patron des Canadiens français.

Cette fête préparée de longue haleine souligne de façon grandiose le 260e anniversaire du combat de Dollard et de ses compagnons au Long-Sault. Depuis 1910, une campagne de souscription avait permis de ramasser plus de 20 000.$ pour la réalisation du monument de Dollard au Parc Lafontaine. Cette réalisation révèle semble-t-il tout le talent du sculpteur Laliberté, déjà auteur du monument de Carillon réalisé un an plus tôt avec les profits de cette même souscription.

À la suite de ces événements qui marquent le début du XXe siècle, les nationalistes québécois sont soupçonnés de vouloir substituer la fête de Dollard à celle de la Reine de l'Empire britannique. Quoi qu'il en soit, depuis le début de son existence la fête de Dollard est marquée par la controverse et aujourd'hui encore, elle suscite des débats toujours actuels sur la question amérindienne, sur la réhabilitation de Dollard comme héros et plus globalement sur la question politique.

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec