RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

À propos de...

Blanc, jaune, rouge, bleu, bicolore ou multicolore, on me nomme aussi Quicky, Dartagnan, Merlin ou Délice de Bourgogne... Qui suis-je ? Un légume ou une céréale ? Je suis le maïs, en grain ou en épi et au Québec je porte l'appellation de blé d'Inde en référence à la méprise de Christophe Colomb qui, cherchant la route des Indes, débarqua en Amérique et me nomma ainsi lorsqu'il m'aperçut sur le nouveau continent !

Au Canada, l'importance de cette culture comme denrée de base depuis les débuts de la colonie a donné lieu à la coutume de l'épluchette de blé d'Inde dont l'origine est controversée. Celle-ci consiste en une corvée qui marque généralement la fin des récoltes bien que de nos jours on puisse récolter cette céréale dès la mi-juillet dans le cas de variétés plus hâtives.

À l'instar de l'évolution de la culture du maïs, l'épluchette de blé d'Inde a subi quelques modifications. De nos jours, elle n'est plus associée à une corvée nécessaire pour engranger et conserver le maïs l'hiver. Le sens du travail a été suppléé par celui de la fête et l'épluchette d'aujourd'hui demeure l'occasion de se réunir entre amis autour d'un repas saisonnier simple qui couronne souvent la fin de l'été. Chaque année, plusieurs d'entre nous sommes conviés à de nombreuses fêtes champêtres et la traditionnelle épluchette est souvent au programme avec au menu du blé d'Inde à volonté et des hot-dog. Cette fête populaire se déroule la plupart du temps en plein air, est économique (de 1,00$ à 3,50$ la douzaine d'épis) et on peut y inviter de nombreuses personnes. Même si l'on sait maintenant prolonger la culture du maïs jusqu'à la fin septembre, au Québec le climat rigoureux met fin aux récoltes les plus tardives. La popularité de l'épluchette exprime peut-être le souhait que l'été se prolonge encore et encore...

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec