RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

À propos de...

En avril, ne te découvre pas d'un fil
En mai, fais ce qu'il te plaît.

Dans la tradition québécoise, le 1er mai est associé de manière générale au retour du printemps. Certaines croyances autour de la température sont encore rattachées à cette date et la coutume des Rogations, liée au cycle agraire, se pratique durant les premiers jours de mai. Pour les Chrétiens, le 1er mai est dédié vers le VIe siècle à Saint-Philippe et Saint-Jacques le Mineur, deux apôtres de Jésus morts martyrs. Ce jour n'a donné lieu à aucune cérémonie spéciale au calendrier liturgique. Puis en 1955, Pie XII institue la fête de Saint-Joseph1 le charpentier au 1er mai dans le but de donner au travail une dimension chrétienne. Par ailleurs, tout le mois de mai est placé sous le patronage de la Vierge Marie à partir du XVIIIe siècle. Les célébrations d'ouverture officielle du mois de Marie commencent avec le 1er mai.

Il subsiste au Québec comme en France quelques coutumes qui trouvent leur sens dans l'expression de la Fête du mai et de ses origines plus lointaines. Le mai, arbre ou bouquet, est en effet tantôt symbole d'amour, tantôt symbole d'honneur et revêt diverses apparences selon qu'il est offert collectivement ou individuellement. Plus récemment, cette journée évoque deux événements à caractère historique : la Fête internationale des travailleurs puis, jusqu'en 1974, la fin officielle d'un bail de location, associée aux déménagements.

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec