RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

De coutume en culture

La multiplication des associations religieuses dans les paroisses est un autre indice de l'expression de la piété populaire. Pendant longtemps, elles ont structuré la vie sociale et la vie de relations tout en étant centrées sur une vie spirituelle. Chaque association est vouée à une œuvre comme la charité ou la pauvreté ou à une dévotion particulière et remplit divers rôles dans la société dont plusieurs à caractère religieux ou moral. Certaines sont toujours actives. Ces associations s'adressent tantôt aux hommes, tantôt aux femmes, tantôt à l'ensemble des fidèles comme les confréries. Elles peuvent aussi varier en fonction des groupes d'âge. En plus des confréries, les Tiers-Ordres ont aussi une grande popularité et leurs adeptes œuvrent également dans le champ social. Dans tous les cas, l'adhésion à ces mouvements est libre et les exigences sont souvent minimales. Il est certain que les paroissiens subissent une sorte d'effet d'entraînement et que le recrutement des membres se fait de façon permanente dans la communauté.

Parmi les associations religieuses les plus connues, notons les Dames de Sainte-Anne, la Ligue du Sacré-Cœur, la Société Saint-Vincent-de-Paul, les Zouaves pontificaux, les Enfants de Marie, les Croisés, la Chorale paroissiale, la Société de la Tempérance. Aux côtés de ces associations, une pléiade de mouvements religieux s'insèrent aussi dans la vie paroissiale. Il s'agit principalement des mouvements de jeunesse dont le mouvement scout.

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec