RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

À propos de...

Le caractère catholique de la société traditionnelle québécoise se manifeste dans plusieurs domaines. Pendant longtemps, le rythme de la vie religieuse s'accorde au rythme des saisons qui scande les travaux agraires. La religion est présente dans le quotidien et règle les moindres gestes des fidèles. Signes de croix avant de trancher le pain, bénédicité avant les repas, prières en famille, dévotions aux croix de chemin, exercices publics du mois de Marie, assistance à la messe du dimanche, observance des jours de fêtes permettent de démontrer foi et ferveur en tout temps. En plus de ces manifestations collectives, d'autres signes tangibles de la piété populaire sont perceptibles dans le paysage québécois.

L'ensemble du territoire est marqué par une toponymie qui fait appel aux noms de saints et de saintes. Les villages et les paroisses du Québec ont leur saint patron et leurs noms, parfois pittoresques, sont teintés de religion : Saint-Ferréol les Neiges, Sainte-Rose du Dégelis, l'Annonciation, l'Assomption, l'Ascension, la Présentation, la Visitation, Saint-Marc des Carrières, Sainte-Émilie de l'Énergie, etc. «La religion envahit aussi la toponymie des noms de rues: on retrouve des rues Notre-Dame dans la plupart des agglomérations, notamment le long du Saint-Laurent.» (Le Grand Héritage, 1984: 163)

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec